Collecte de fonds au niveau local ? Cinq conseils d’un village éthiopien

picture of a woman

By Esly van Dam

Project Officer at Wilde Ganzen that specializes in volunteer work. Esly is an expert on local ownership and collaboration between organizations, private initiatives and their partners.

More from Esly Esly van Dam

«Si le projet leur est cher et proche, la communauté peut collecter beaucoup d’argent ». Yehalem Abebe, directeur de Partners in Education Ethiopia, est catégorique. Bien sûr, les communautés villageoises peuvent contribuer à des projets, il suffit que ceux-ci soient suffisamment importants pour elles !

Yehalem sait de quoi il parle. Son organisation soutient, souvent en collaboration avec ses partenaires néerlandais Interkerkelijke Stichting Ethiopië/Eritrea ou Stichting Wondem, les communautés villageoises dans la création ou la rénovation d’écoles. Le point de départ est qu’en moyenne, la communauté prend en charge 70% des coûts. Lors de notre voyage en Éthiopie, ma collègue Linda et moi-même avons visité trois écoles où les communautés ont collecté entre 40.000 et 100.000 euros pour leurs écoles, en l’espace de deux mois !

Comment font-ils ? Cinq conseils des villageois :

  1. Susciter la participation et montrer le besoin. Invitez tout le monde à faire l’expérience du problème et insistez sur le fait que nous pouvons le résoudre nous-mêmes. Faites-en le problème de tout le monde – et faites en sorte que chacun fasse également partie de la solution. Lorsque tout le monde est convaincu que l’on peut et que l’on doit faire quelque chose, les gens seront heureux de contribuer au projet. Si les gens ne veulent pas contribuer, reconsidérez si ce projet correspond vraiment aux souhaits et aux besoins du groupe cible.
  2. Soyez transparent. Formez un comité composé de personnes de confiance, ouvrez un compte bancaire sur lequel vous collectez tout l’argent et permettez à tout le monde d’avoir un droit de regard sur ce compte. De plus, délivrez un reçu lorsque quelqu’un fait un don d’argent. Outre un comité dans le village même, il peut être utile d’avoir un sous-comité dans la capitale du pays, dans une ville voisine ou en Amérique, par exemple. Il peut alors s’adresser à des personnes qui ont déménagé mais qui gardent un lien familial avec le village.
  3. La personnalisation est importante. Par exemple, utilisez les anciens registres de l’école pour identifier les personnes à qui l’on peut demander une contribution. Pour chaque personne, réfléchissez au montant que vous pouvez demander et à la manière dont vous le ferez. A qui demanderez-vous 5 euros ou, au contraire, 500 euros ? Comment allez-vous vous y prendre ? Un message de son frère qui vit encore au village ? Faut-il rendre visite au contributeur potentiel pour tout lui expliquer et lui demander ensuite sa contribution ? Ou bien inviter quelqu’un à l’école ?
  4. Partez de ce que vous avez. Dans de nombreux villages, il n’y a pas beaucoup d’argent disponible. Mais qu’est-ce qui l’est ? Par exemple, les écoles que nous avons visitées ont organisé un marché. Les villageois apportaient, par exemple, un âne ou une chaîne en or pour les vendre aux enchères. Les acheteurs n’étaient pas seulement des habitants du village, mais aussi des agriculteurs plus riches de la région, d’anciens villageois qui vivent aujourd’hui dans une ville, des représentants du gouvernement local, etc. Et ça a marché ! Dans l’une des écoles, quelqu’un a acheté un âne pour le remettre immédiatement aux enchères. « Si le projet leur est cher et proche… », disait Yehalem.
  5. Identifiez ce que le gouvernement peut faire. S’agit-il de construire une école ? Assurez-vous alors que le gouvernement est prêt à reconnaître l’école et à payer les enseignants avant de commencer. Mais le gouvernement peut également apporter son aide dans d’autres domaines. Les fonctionnaires peuvent utiliser leurs réseaux pour inviter des personnes à participer à des activités de collecte de fonds. Un autre exemple est celui d’une communauté qui a été autorisée à vendre un terrain communautaire (propriété du gouvernement) et qui a pu dépenser les revenus pour l’école.

Voulez-vous en savoir plus sur la collecte de fonds au niveau local ? Change the Game Academy vous propose une formation gratuite sur la collecte de fonds au niveau local.

Conseil : Faites-le ensemble avec votre partenaire aux Pays-Bas ! Par exemple, convenez de faire le module 1 avant une certaine date et rencontrez-vous via Whatsapp ou Zoom pour discuter de tout. Ensemble, vous trouverez plus d’idées !